Nos ancêtres
GUILLAUME PEPIN (1607-1697)

Guillaume est né en France vers 1607. On ne sait pas encore d'où il est originaire, puisque ce renseignement apparaît habituellement sur le contrat de mariage et que ce dernier n'a pas été retrouvé ici. La première mention le concernant date de 1642 où on le mentionne comme acheteur d'un livre lors de l'encan des biens de Jean Nicolet. Il marie Jeanne Méchin vers 1645, probablement à Trois-Rivières, et s'y installe pour fonder une famille. Il aura 13 enfants dont Pierre Pepin dit Laforce, l'un des découvreurs du Mississippi, qui est à l'origine du patronyme Laforce.

Guillaume Pepin est élu plusieurs fois syndic à Trois-Rivières, c'est-à-dire représentant des habitants de Trois-Rivières au Conseil souverain de la Nouvelle-France. Il est de plus nommé juge à la seigneurie de Champlain durant une courte période de temps. Il s'implique à quelques occasions dans des conflits armés pour défendre Trois-Rivières contre des invasions iroquoises. Grand propriétaire terrien, il reçoit des concessions ou il achète des terres à Nicolet, au Cap-de-la-Madeleine, au Lac St-Pierre, à Champlain et évidemment à Trois-Rivières où il passe la grande partie de sa vie. 

Vers le début de 1677, Jeanne Méchin quitte ce monde relativement jeune, âgée approximativement de 47 ans. L'enregistrement de sa sépulture n'a pas été retrouvé. Guillaume décède le 11 août 1697, vers 90 ans, alors qu'il demeure chez son fils Pierre Pepin dit Laforce à l'endroit où est situé actuellement St-Grégoire de Nicolet. Sa dépouille est alors transportée sur le fleuve à Trois-Rivières pour y être inhumée dans le cimetière local.

Retour au haut de la page

PIERRE PEPIN DIT LAFORCE (1652 – 1722)

Fils de Guillaume Pepin et Jeanne Meschin, Pierre Pepin dit Laforce est à l’origine du patronyme Laforce, du moins pour une partie des « Laforce » du Québec. En 1678, avec son frère Étienne, il fait partie de l’expédition de Duluth à la découverte du haut Mississippi. Un lac entre le Wisconsin et le Minnesota porte le nom de Pepin en leur honneur. Lorsqu’il revient deux ans plus tard, il épouse Louise Lemire à Québec et vit jusqu’à l’âge de 70 ans sur ses terres situées près de la rivière Nicolet. Son nom est associé aux grands découvreurs du Nouveau Monde aux côtés des Nicolet et Cavelier de LaSalle. Un monument dédié aux grands explorateurs à Trois Rivières y fait référence. Le couple a eu 14 enfants dont plusieurs ont assuré une descendance et la survie du nom « Laforce ».

Retour au haut de la page

ANTOINE PEPIN DIT LACHANCE (1636-1703)

Antoine naît à Le Havre en Normandie ( France ), le 10 avril 1636. Il est le fils d'André Pepin et de Jeanne Chevalier. Il arrive à Québec vers 1652 et il se met au service d'un ancien gouverneur de la Nouvelle-France, Louis D'Ailleboust de Coulonge. En 1659, il décide d'acheter avec un associé, Jacque Asseline, une terre appartenant à Denys Guyon à Ste-Famille de l'île d'Orléans, terre qui avait été louée en partie l'année précédente par François Pepin, son frère. 

Le 24 novembre 1659,à l'église Notre-Dame de Québec, Antoine prend pour épouse Marie Teste, une jeune fille de vingt ans de La Rochelle. Bien installés sur leur terre à Ste-Famille, ils ont douze enfants, trois filles et neuf garçons, qui assureront une descendance nombreuse portant le nom Pepin dit Lachance et Lachance. On considère à juste titre cette famille comme un famille pionnière de l'Île d'Orléans.

Antoine décède le 23 janvier 1703 à Ste-Famille de l'Île d'Orléans à l'âge de 67 ans, soit deux années après le décès de Marie Teste, celle-ci vers l'âge de 62 ans. Tous les deux reposent dans le cimetière de Ste-Famille . 

Retour au haut de la page

ROBERT PEPIN (1643-1686)

Robert est originaire de Grisy en Normandie ( France ), vers 1643. On le retrouve à Québec en 1668 où il exerce le métier de maître-couvreur en ardoise. Il acquiert une terre à Beauport le 20 janvier 1669 et épouse Marie Creste à l'église Notre-Dame de Québec le 4 novembre 1670. Le couple s'installe à Beauport et y demeure jusqu'en 1679. Ils acquièrent alors une maison à Québec le 20 mars de la même année et s'y installent près de l'hôpital de Québec. 

Robert Pepin est un maître-couvreur recherché et plusieurs institutions requièrent ses services. Ainsi il fera des couvertures pour les Jésuites, les Ursulines, l'Hôtel-Dieu, la Fabrique de la paroisse de La Nativité de Notre-Dame de Beauport et les Récollets. En plus de couvrir en ardoise, il utilise aussi le bardeau de cèdre, comme c'est le cas pour l'église de Beauport.

Marie et Robert ont six enfants dont quatre laissent une descendance nombreuse. Robert quitte ce monde très jeune vers l'âge de 43 ans en 1686. Quant à elle, Marie Creste se remarie deux fois, soit avec Jean Bridault en 1687 et avec Pierre Jourdain en 1705. Marie décède en 1723.

Retour au haut de la page

LA FAMILLE PAPIN

Le patronyme Papin a bien ses origines propres en France indépendamment des premiers Pepin arrivés en Nouvelle-France. L'ancêtre Pierre Papin est né à Sablé-sur-Sarthe, département de la Sarthe, le 14 janvier 1629. Il est le fils de François Papin et de Michelle Lagneau. Il arrive en Nouvelle-France vers 16 53 et s'installe à Montréal vers 1656. Il épouse Anne Pelletier dit Passavant, le 14 décembre 1665, à Montréal. Le couple aura huit enfants dont Gilles Papin qui se mariera deux fois à Boucherville. Les deux épouses successives de ce dernier lui donneront respectivement douze et onze enfants ; ce qui assurera une descendance nombreuse à cette famille.

Notre association de famille ne veut pas s'approprier un patronyme différent du sien, quoique l'on puisse imaginer qu'il y ait un lien de parenté et une origine commune aux Papin et Pepin. Nous mentionnons le patronyme Papin ici car nos recherches nous ont amené à identifier des familles qui portent aujourd'hui le nom Papin mais qui descendent d'un ancêtre Pepin. Ainsi, si vous ne trouvez pas votre ascendance Papin, il est possible que vous soyez en réalité un Pepin modifié. Il est aussi à remarquer que certains Pepin aujourd'hui sont descendants d'un Papin.

Retour au haut de la page

ÉTIENNE "PEPIN" sieur de LAFOND (1615-1665)

Depuis la fondation de notre association, plusieurs chercheurs ont soutenu que Étienne de Lafond avait porté le patronyme Pepin et que ce dernier était le frère de Guillaume Pepin. C'est pourquoi nous avions inclu les Lafond et les Mongrain ,qui descendent de ces Lafond par les deux fils d'Étienne, Jean et Pierre surnommés Lafond dit Mongrain, dans notre grande famille patronymique. Aujourd'hui, il est démontré que Étienne de Lafond n’a jamais porté le nom Pepin. Néanmoins, nous avons des renseignements et une publication qui traite des Lafond et des Mongrain.

Étienne de Lafond est né vers 1615 et il est originaire de Saint-Laurent de la Barrière, petite localité du diocèse de Saintes en Charente-Maritime.On le sait présent en Nouvelle-France en 1642, alors qu'il assiste à l'encan des biens de Jean Nicolet et où il achète un vieil habit de satin rouge. Le 30 janvier 1645, il épouse Marie Boucher à l'église Notre-Dame de Québec.Il s'installe par la suite dans la région de Trois-Rivières où il exerce le métier de charpentier. Il possédera plusieurs propriétés au Cap-de-la-Madeleine, au Lac Saint-Pierre et àux alentours de Trois-Rivières. Le couple Lafond-Boucher aura 8 enfants qui assureront sa descendance. 

Étienne meurt en 1665 vers l'âge de 50 ans et sa dépouille est inhumée dans le cimetière de Trois-Rivières le 15 septembre. Marie Boucher va lui survivre jusqu'en 1706. Sa sépulture est enregistrée le 30 novembre à Batiscan. 

Retour au haut de la page